La maladie de notre catalpa: on a fini par trouver!

En jardinage, j’apprends de mes erreurs et c’est ce que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui pour vous éviter les mêmes problèmes dans votre jardin comme la maladie du catalpa. Voici la situation: je suis au grand désespoir car, en dix ans, nous venons de perdre notre deuxième arbre dans le jardin. Notre jardin étant très petit, l’arbre est donc un peu la seule chose qui lui donne son charme. Et avant qu’il soit grand et charmant….il faut bien des années de patience.

Avant le catalpa: la maladie inconnue de notre bouleau…

Lorsque nous avons acheté notre maison, il y avait un immense bouleau de 20 m de haut. Magnifique…Un an après, il n’a plus fait de feuilles. Comme ça… du jour au lendemain:  Mort !  Il a fallu le faire couper. Paraît-il que le bouleau est un arbre assez sensible aux maladies. Pourtant, comme on peut le voir sur la photo prise lors de l’achat de la maison,  il semblait en pleine santé, un an avant…..mystère…

maladie-bouleau-montreal

La maladie de notre catalpa: la verticillose

Nous avons donc bien pris notre temps pour choisir notre futur arbre, qui, nous l’espérions, durerait pour les 20 prochaines années. Cela ne pouvait pas être un arbre à croissance trop large car le jardin est petit. On s’est renseigné en pépinière pour trouver une espèce robuste, peu sensible aux maladies. Finalement, notre choix s’est arrêté sur le catalpa. On nous avait bien dit que ce n’était pas une espèce indigène, car il pousse un peu plus au sud. Cependant, nos recherches avaient conclu au fait que les catalpas s’adaptent bien au sud du Québec (Montréal) puisqu’ils ont la même zone de rusticité.

Durant 7 ans, notre petit catalpa est devenu grand, formant une belle boule de feuilles qui cachait avantageusement l’horrible mur du voisin et nous procurait de l’ombre. Jusqu’à ce que cette année…plus aucune feuille. Mort !!!

croissance maladie catalpa québec

Grâce à une amie qui a fait quelques investigations sur internet, nous avons découvert que c’est un champignon intitulé la Verticilliose (verticillium) qui l’a tué. Il en avait tous les symptômes. Ce champignon vit dans la terre et s’attaque à un grand nombre d’arbres, empêchant la sève de monter dans les racines. La maladie évolue sur plusieurs années (jaunissement et flétrissure de feuilles, branches dépérissant petit à petit, stries brunes et noires dans les tissus sous l’écorce…) et il y avait eu des signes. L’ennui est que le verticillium reste dans la terre durant 5 ans ou plus. Lorsqu’il s’attaque à un arbre, celui-ci est condamné à plus ou moins long terme.

Je me pose, du coup, des questions:

– Serait-ce la verticilliose qui aurait tué le bouleau 9 ans auparavant (même si les bouleaux sont sensés être peu sensibles à ce champignon) ?

– Quel arbre allons-nous bien pouvoir replanter maintenant que le sol est contaminé par le champignon pour les 5 prochaines années  ?

Mise à jour: nous avons finalement planté un micocoulier sur les conseils de Un arbre pour mon quartier. Ce qui est génial c’est que 2 fois par an, les résidents de l’île de Montréal peuvent se procurer un ou plusieurs arbres aux petits prix de 25 $ pour les arbres réguliers.

Vous pouvez voir notre arbre l’année où nous l’avons planté dans le billet sur ma clôture en bois.

S’il y a parmi vous des connaisseurs, je prends volontiers vos avis et conseils.

Ce que je retiens de ces deux mésaventures arboricoles:

1. Si un arbre meurt sur votre terrain, tentez absolument de trouver la cause. Peut-être que nous aurions découvert que notre bouleau était mort de verticilliose….en quel cas, nous n’aurions jamais planté de Catalpa au même endroit puisque le champignon reste dans la terre durant 5 ans et infecte de nombreuses autres variétés d’arbres….particulièrement le catalpa !

2. Plantez des espèces indigènes, vous vous assurerez ainsi que votre arbre résistera bien aux conditions climatiques locales. Le tronc de mon catalpa s’était fendu profondément à cause du gel….et c’est par cette entaille que le champignon s’est encore plus propagé.

3. Renseignez-vous sur les forums internet consacrés à l’horticulture et recherchez les conseils d’experts dans les pépinières  pour connaître les problèmes de vos plantes. En tapant verticiliose et catalpa, j’ai été en mesure de repérer très facilement que mon arbre en était atteint, photos d’exemples à l’appui.

4. Soyez vigilants dès les tout premiers signes de maladie. Notre arbre avait des feuilles qui se recroquevillaient et plusieurs branches sans feuilles l’année dernière. Aurions-nous pu le sauver ? probablement pas, mais il y a trois ans dès l’apparition des premiers symptômes peut-être.

5. Désinfectez vos outils avant et après avoir taillé vos arbres. Dans notre cas, la taille de l’arbre a clairement dû contribuer à propager la maladie.

J’espère que je ne vous ai pas trop ennuyé avec ce billet. Mais je suis véritablement en deuil, alors je n’avais pas envie de parler d’autre chose que de la maladie de notre catalpa. Si vous avez la chance d’avoir un jardin, vous savez comme moi combien on s’attache à nos arbres. Peut-être que des lecteurs parmi vous auront des bons conseils à donner ou une histoire similaire à partager. Peut-être que notre mésaventure aidera d’autres propriétaires de catalpas….

7 commentaires

  1. j’ai un catalpa boule depuis 7 ans. Deux ans auparavant, j’ai découvert que ses feuilles étaient devenues ternes, tachées de blanc. A l’automne, j’ai ramassé toutes les feuilles et les ai brulées. J’ai ensuite taillé l’arbre à raz. L’année suivante, il était dans le même état. Même opération à l’automne, mais au printemps dernier, avant que les feuilles ne croissent trop, j’ai fait un mélange de un tiers d’huile de neem et deux tiers d’eau et ait vaporisé le tronc et les feuilles en devenir. Résultat : j’ai sauvé ce petit arbre que j’aime tant. Le « neen » est un arbre qui pousse en Inde où j’ai vécu quelques années et qui a de nombreuses vertus. Je viens de l’utiliser également pour soigner mes rosiers et mes autres plantes. C’est souverain pour lutter contre les pucerons. J’ai également vu un reportage sur l’utilisation de l’huile de neen dans l’agriculture en Afrique, et qui donne de bons résultats. Testez cette méthode si vous le souhaitez.

  2. J’ai perdu 3 érables japonais à cette maladie: certains arbres y sont sensibles et bien d’autres non. Je te conseillerais (s’il n’y a encore rien d’autre de planté des amélanchiers canadensis. Ces arbres de petits calibres sont beaux du printemps à l’automne.
    De belles fleurs blanches les habillent au printemps, suivi de petites merises rouge en été que les oiseaux adorent et sont comestibles pour les humains et l’amélanchier termine sa saison avec un magnifique feuillage rouge orangé de toute beauté à l’automne. Pas de sensibilité au verticillium…

    Bonne chance :-)

      • Bonsoir, je viens de lire attentivement votre article sur la perte d’abord de votre bouleau, il y a un an, j’ ai du faire abattre trois bouleau qui était atteint du pourridé, depuis quelques annéees à l’ automne il y avait de gros tas de champignons à leurs pieds, et la quatrième année après l’ apparition de ces champignons, mes arbres ont mis très peu de feuilles au printemps qui ont séché et sont tombées, mes arbres étaient morts, du pourridé.j ai fait désoucher par une pelle , et j ai laissé le trou béant sécher durant 6 mois en plein soleil ; et depuis j ai replanté a sa place un lilas des indes sur le conseil d’un jardinier et pas très loin un catalpa boule nana, et je suis inquiéte, car quelques feuilles sèchent et jaunissent, j ai vu des fournis qui allaient et venaient, j ai pulvériser le feuillage de savon noir et eau mélangée, depuis plus de fourmis, et cette semaine j’ envisage d’enrichir ma terre d’engrais à base de fer pour mieux le nourrir.. à suivre…

  3. C’est vraiment poche. Mais moi il m’a intéressée cet article ! :)
    j’ai du mal à comprendre que le champignon en question ne vive « que 5 ans » puis disparaisse… Est ce qu’il n’est pas là ad vitam ? Entré en dormance le temps que les racines grossissent…?
    Du coup Je me demande aussi s’il n’existe pas des plantes qu’on peut installer dans ton jardin et qui, par leur seule presence, vont combattre lecchampignon et décontaminer le sol ? Ça fait partie des techniques horticoles long terme il parait.
    Est-ce que ton voisin D ou G a le même problème ? Vous êtes quand même proches, les jardins petits… Ça ne serait pas étonnant…
    Nous on a 4 arbres dont 1 épinette et 3 chênes nains. Ces chênes-là sont idéaux à mon sens, les racines s’enfoncent profondément dans le sol en tire-bouchon (i.e.pas de problème pour tes fondations), ils poussent en cierge évasé vers le haut (tu élagues ce qui s’en va trop loin sur les côtés), et jusqu’ici aucune maladie… Je pense même qu’ils ont survécu à qqchose, parce ue quand on est arrivés les feuilles avaienucutes une tache brune au milieu… Qui a disparu l’année après qu’on a élagué.
    Bon courage !

    • Merci Geneviève. Oui, j’aime les chênes et il faudrait que je me renseigne s’ils sont sensibles à la verticillose. Comme tu dis, le champignon peut vivre bien plus longtemps que 5 ans, et c’était peut-être lui qui a tué mon bouleau ? Les voisins ne semblent pas avoir de problèmes. Parait-il que si on ne déplace pas la terre, le champignon ne se répand pas. L’autre solution, c’est de planter des conifères, qui sont insensibles à la verticillose…..mais sensibles à un autre type de champignon. Ca finit plus !!!

Qu'en pensez-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.